Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 12:28

Hier avec Rémi Dalmasso et Jean Philippe Fort, assemblage des lots de nos différents crus 2011 pour présentation aux journalistes et clients.


Nous avons cette année, à l’inverse de beaucoup de collègues, beaucoup de bons vins, de premier vin dans chaque propriété : sans doute le résultat de nos replantations avec une densité à l’hectare de 8400 pieds, du travail très précis des sols et du rendement par pied, la chance d’avoir fait les bons choix - vendanges plus tardives, plus de prise de risque -  et, à l’arrivée chez nous, un millésime supérieur en qualité à 2007  et même 2008. Bien entendu, ce n’est que mon avis, mais je l’écris et je l’assumerai.


Ceci n’empêche pas le millésime d’être globalement plus hétérogène, le marché moins porteur et  même si par je ne sais quel miracle, les prix devenaient acceptables par nos clients, les « petits » millésimes sont toujours difficiles à vendre la 1ère année en primeur. Mais l’exemple du 2008 qui a été la bonne affaire pour nos clients ne doit pas être oublié, car il a très bien été revalorisé par la suite. Bordeaux étant capable du pire comme du meilleur, je suis raisonnablement optimiste quant aux appréciations de nos vins.


Tout à l’heure, j’aurai une vision plus sérieuse et globale des Bordeaux du millésime 2011 grâce à la première dégustation organisée par l’UGC pour le négoce et le courtage bordelais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Primeur
commenter cet article

commentaires

mauss 20/03/2012 14:58


On appréciera beaucoup d'avoir, de la part d'un pro comme toi, quelques lignes sur le style du millésime, sachant que comme d'hab, il y aura des vins excellents, à boire plus jeunes, d'autres
bons ou moyens et des médiocres, comme d'hab à Bordeaux dont on ne dire jamais assez à quel point les larges volumes produits permettent chaque année de réelles réussites.


Bien sûr, va falloir sacrément revoir les prix, mais Bordeaux ne devrait pas oublier qu'une marge nette de 30% en sus du coût total de production est déjà une sacrée bonne marge. Et, à cet égard,
les prix devraient se tenir correctement. mais bon, tu sais qu'à nos âges, le rêve devient essentiel à la survie !