Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 16:18


Dépêche AFP du 24 mai dernier :


"Primeurs
2007: millésime "difficile", les propriétaires "un peu gourmands"

 

   BORDEAUX, 24 mai 2008 (AFP) - Malgré un millésime 2007 qualifié de "difficile" ou d'"intermédiaire" par les dégustateurs, les prix des grands crus de Bordeaux vendus en primeurs n'enregistrent au mieux que de faibles baisses, conduisant certains acheteurs à juger les propriétaires "un peu gourmands".
"En raison de la qualité du millésime, c'est une année un peu délicate", admet Francis Cruse, directeur de l'Union des maisons de Bordeaux, le syndicat des négociants.
"Le marché s'attend à des prix plus raisonnables (que les années précédentes, NDLR), ça n'est pas toujours le cas", poursuit-il, alors que les premiers prix du millésime 2007 à la sortie des propriétés commencent à être dévoilés.
Victime d'un été maussade, compensé par un mois de septembre doux et sec, le millésime 2007 a surpris par une qualité meilleure qu'attendue, mais a peu de chance de susciter la convoitise des collectionneurs ou des spéculateurs, qui comptent en bonne part dans les ventes réalisées en primeurs.
Des ventes primeurs qui ne concernent par ailleurs que les crus les plus prestigieux et ne représentent que 3 à 5% des ventes globales de vins de Bordeaux.
Stocks bas, volumes en baisse de 25 à 30% par rapport à 2006, prix élevés depuis la hausse stratosphérique de 2005: "Le marché des grands crus n'a jamais été aussi sain, alors certains sont un peu gourmands, les propriétés n'ont pas envie de baisser", renchérit François Lévêque, président du Syndicat régional des courtiers en vins et spiritueux.
Certes, la campagne ne fait que commencer et les prix des marques les plus cotées ne sortiront que début juin, après la tenue du 27 au 29 mai à Hong Kong de Vinexpo, le plus grand salon international du vin et des spiritueux, organisé à Bordeaux les années impaires.
Qualifiant la campagne de "difficile", Jean-Luc Thunevin, négociant et propriétaire à Saint-Emilion, estime qu'il n'est "pas normal que des 2007 soient plus chers" que les 2006, même si les propriétaires justifient leurs prix par "les moyens investis" pour améliorer la qualité.
Et même, "une baisse de 5 ou 7%, ça n'est tristement pas une baisse", juge-t-il, "on aurait aimé -15%". Et M. Thunevin de s'interroger: "Pourquoi payer aujourd'hui des vins qui seront au même prix en 2009?", lorsque les primeurs seront mis en bouteilles et livrés.
A titre d'exemple, le château Lagrange (Saint-Julien) est sorti de la propriété à 20 euros HT le flacon de 75 cl (-4,76%), le château Haut-Marbuzet (Saint-Estèphe) est resté fixe à 20 euros HT, le château Gruaud Larose (Saint-Julien), en baisse de 2,04%, s'est négocié à 24 euros HT.
Malgré tout, avec une baisse pourtant modeste de 3 à 5%, "sur les marques fortes, qui sont à des prix consommateurs entre 20 et 40 euros", on constate "un gros succès", affirme M. Lévêque. En revanche, "sur les marques moins connues, avec moins 5%, on a plus de difficultés".
"Vin à boire", "vin plaisir", le bordeaux 2007 pâtit également, dans une certaine mesure, du manque d'intérêt de la part de clients anglais ou américains, qui se manifestent surtout sur les grands millésimes spéculatifs. Des clients en outre chargés de stocks de 2005 et 2006 et victimes d'un taux de change défavorable.
Pour le courtier François Lévêque, "la compensation en 2007, c'est la grande distribution". Tendance confirmée par un collègue, Max de Lestapis: "La grande distribution va intervenir cette année, elle prendra une part importante pour les marques les plus faibles".
Les grands noms trouvant eux toujours preneurs.
hdz/sw/ds "

Partager cet article

Repost0

commentaires

Xavier DUBOIS 08/06/2008 18:57

Il est certain que le millésime 2007 aura du mal a trouver sa place après un superbe 2005 et un bon 2006. Mais ce millésime trouvera peut être un autre circuit de distribution (internet, grandes surfaces) et fera donc le bonheur de consommateurs avisés. Mais les propriétés doivent absolument être raisonnables au niveau de l'offre tarifaire pour ne pas détourner les consommateurs des vins vendus en primeurs... Nous attendons la fin de la campagne Primeurs pour en savoir plus. 

mauss 28/05/2008 02:35

Amen