Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 14:46

Voici l’historique des dates de sortie en primeur de Château Valandraud ainsi que le nombre de bouteilles produites, et les prix de sortie pour le négoce bordelais.

   

 

Prix de sortie

          Quantité produite

Date de mise en marché

1991

         13,72 €

1 500

 bouteilles

le 05.08.1992

1992

         19,81 €

4 500

 bouteilles

le 16.07.1993

1993

         24,39 €

4 500

 bouteilles

le 02.05.1994

1994

         27,44 €

9 600

 bouteilles

le 16.05.1995

1995

         36,58 €

12 000

 bouteilles

le 20.03.1996

1996

         73,17 €

7 200

 bouteilles

le 03.03.1997

1997

         91,46 €

4 800

 bouteilles

le 06.04.1998

1998

         73,17 €

12 000

 bouteilles

le 20.01.1999

1999

       121,95 €

15 000

 bouteilles

le 13.06.2000

2000

       125,00 €

15 000

 bouteilles

le 09.04.2001

2001

       100,00 €

12 000

 bouteilles

le 22.05.2002

2002

         85,00 €

12 000

 bouteilles

le 07.05.2003

2003

       140,00 €

12 600

 bouteilles

le 13.06.2004

2004

         75,00 €

20 000

 bouteilles

le 01.04.2005

2005

       165,00 €

15 000

 bouteilles

le 21.06.2006



1/  information importante : les dates de mise en marché étaient souvent bien avant la parution  des notes de Parker ou de la Revue du Vin de France, et même régulièrement avant la sortie des 1ers crus bordelais.

Je ne suis pas particulièrement un suiveur, même si en prenant de l’âge et de l’expérience, je suis plus « prudent ».

 

2/ information utile : les volumes, qui sont volontairement réduits pour essayer de faire concorder le  maximum de qualité et de quantité.

 

3/ les prix de sortie étaient souvent supérieurs aux 1ers crus 1855 jusqu’au millésime 2003 inclus. Depuis, sans grosse note de Parker, un vrai décrochage pour le prix de sortie et surtout de marché.

 

4/ spéculation importante dès le millésime 1992 jusqu’au 1998, et depuis plus aucune spéculation. Cela est essentiellement du à l’absence de grosse note de Parker et au fait que Valandraud n’est pas acheté par les fonds spéculatifs.

 

5/ est-ce un mal, cette évolution pour le 1er vin  dit « de garage » ? Car bien sûr, si je dois une partie de le notoriété de Valandraud à la qualité du vin, la majeure partie vient  surtout de la spéculation importante des débuts qui a valu à Valandraud de valoir un moment plus cher que Petrus, Le Pin, la Romanée Conti et bien sûr  tous les 1ers crus.

 

6 / aujourd’hui plus personne n’achète Valandraud pour la spéculation, cela oblige ce vin à être vraiment distribué par les négociants bordelais, qui représentent 70 % des clients de ce vin, et peut être à enfin être bu, et là ça se passe souvent pas trop mal.

 

7 / Est ce que cela peut changer ? A priori non, les marques doivent être de plus en plus fortes et il n’ y a pas de place pour tout le monde dans le créneau de l’ultra luxe. Mes collègues sont devenus très performants et la sélection aujourd’hui réalisée dans les premiers crus fait qu’il y a une production de 1er vin souvent réduite de moitié par rapport aux années 90 et donc cela accentue la pression sur le rapport offre/demande.

 

8/ Le miracle de notre histoire peut-il se renouveler ? pour nous ou un autre cru ? oui, sans aucun doute. Il n’y a jamais de position acquise, n’en déplaise aux conservateurs.

La nature a horreur du vide, et c’est bien ainsi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Primeur
commenter cet article

commentaires

Baraou 03/05/2008 14:00

e.bay ? Est-ce un indicateur intéressant ? Surtout pour des vins en vente dans certains hypers (Leclerc) moins cher que sur e.bay ? Le particulier achète chez Lelerc puis vend sur e.bay, qui fait le pigeon ? Le fisc ? Le producteur ? Leclerc ? L'acheteur final ?Tout cela n'est en rien un indicateur du marché des grands vins vendus en primeur (Bordeaux ou ailleurs).Le système d'achat en primeur n'avait pas vocation à concerner le grand public, c'était un accord réservé aux professionnels. C'est là qu'il faut chercher le problème, c'est l'acheteur final qui fait le marché. Le pouvoir appartient aux "consommateurs" !

Bosselin 01/05/2008 22:06

Monsieur MaussVous parlez d'optimiser ses revenus, mais là, on n'est plus dans l'optimisation ("réglage fin"), mais dans l'outrance (c'est presque de la pornographie financière non ?) !!!Effectivement, mais, peut-être qu'un jour, le désespoir poussera certains à des actions de vandalisme, comme par exemple la destruction des vignobles (qui deviendront sans doute un jour l'un des symboles de la mondialisation).A ce moment là, il ne faudra pas pleurer la perte d'un "outil de travail" car je pense qu'il eut été plus intelligent de réfléchir avant de s'enfoncer dans ce cercle infermal.AmicalementBruno BOSSELINPS : Compte-tenu des prix, il y a bien longtemps que j'ai abandonné l'achat des "grands" bordeaux et que je me tourne vers des régions encore (relativement) raisonnables

kiert 01/05/2008 20:35

Bonjour,En ce moment des caisses du 2004 sont sur e bay ; L'enchère est déjà à 1200 euros : j'ai jeté l'éponge!En tout cas bravo M. Thunevin pour cette publication!

mauss 01/05/2008 15:42

Précisions :Il est bien évident que le point 2) ne s'applique pas aux vignobles qui, eux, risquent de voir se développer un problème de personnel compétent. certes, il faudra probablement mieux payer et se fidéliser les meilleurs. 

mauss 01/05/2008 13:58

Monsieur Bosselin :Croyez bien que nous sommes nombreux à penser comme vous. Nous sommes face au problème fondamental qui, dans le cas présent, peut se résumer brutalement ainsi :1 : le prix d'un vin reste le résultat du croisement de l'offre et de la demande, avec ± quelques facteurs de viscosité comme l'historique, la note Parker, la réputation, la région, l'éventuel classement. Je ne vois pas trop au nom de quel principe on devrait interdire à un producteur d'optimiser ses revenus selon cette loi, à défaut de les maximiser comme pourraient le demander des actionnaires prompts à évoquer l'abus de bien social.2 : dans les métiers de salariés, le rapport de force est actuellement en faveur du patron qui a bien plus qu'avant le loisir d'évoquer deux points majeurs, résumés ici vulgairement :- si cela ne vous plaît pas, il y a 10 prétendants à votre poste à la porte- si cela ne vous plait pas, je peux me délocaliser en Inde où j'aurai la même qualité de service pour moitié prix.C'est vrai, c'est un monde bizarre et, comme l'écrit si bien Jacques Attali dans son "Une brève Histoire de l'Avenir", je ne vois pas trop comment notre génération pourrait finir sa vie aussi bien que celle de nos parents, avec la conscience vraie ou fausse, que ce sera pire pour nos enfants.Il y a là un fatalisme qui, effectivement, devrait déboucher un jour sur unerupture réelle difficilement prévisible par nature.