Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:31

Quelques commentaires de Robert Parker sur le millésime 2007 à Bordeaux
(source Le Figaro.fr)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéphane VILLETTE 22/04/2008 20:27

Je viens d'ouvrir un sujet sur BDE pour essayer d'avoir des avis supplémentaires sur le sujet.http://forum.buveursdetiquettes.fr/viewtopic.php?f=35&t=1195@micalement.Stéphane.

Stéphane VILLETTE 22/04/2008 20:17

Patrick, Ne peut-on pas considérer que si les maturités phénoliques ne sont pas
complètes, on essaye d'extraire (ou de sur extraire, comme disent certains) ce
qui n'est pas présent en potentiel ? Comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, il paraît évident que la période
de la campagne primeur n'est pas la plus propice pour déguster les vins. Mais
le financier tient une place importante dans tout cela ! Pour ce qui est des professionnels, c'est comme partout, il y a des bons et des
moins bons. Pour ma part, amateur je suis et amateur je reste, avec tout le recul que cela
nécessite. @micalement. Stéphane.

patrick essa 22/04/2008 17:21

  Alors ce n'est plus un problème d'extraction mais de juste maturité du fruit.   Lorsque l'on parle de sur-extraction en matière de dégustation on associe bien souvent cette "expression" à "dureté" et sècheresse tannique...et je pense que cela est la plupart du temps faux, car on peut extraire longuement des jus d'une douceur infinie.    La prise de bois d'un vin ayant moins de 8 mois est souvent réglée sur son degré de FML  et un même vin pourra paraître "dur" et asséchant à 3 et 7 mois et doux et souple à à 5 et 12 mois. Les conclusions très hâtives que je lis sur les primeurs ne font - en général - que me conforter dans l'idée que ces dégustations ne sont pas réalisées par des palais assez éduqués et disposant de la formation nécessaire pour comprendre - et donc anticiper sur leur avenir - les matières en élevage. C'est une déficience qui s'étend aux autres régions et qui devrait faire réfléchir les professionnels. Présente t'on un film avant le montage? Bordeaux est à ce titre  mal doté et je comprends aisément les soucis des châteaux qui - sachant cela - se fendent d'échantillons "présentables" pour des palais consensuels. Ceux qui jouent "vraiment " le jeu se font allumer à tous les coups car présenter un "mix" de sa cave avec la juste proportion de l'assemblage dans des fûts correspondants aux proportions de la future mise une année plus tard ...est parfaitement suicidaire -((

Stéphane VILLETTE 22/04/2008 15:02

Patrick, Je pense que dans certaines propriétés les maturités des fruits et phénolique
n'étaient pas atteintes (arômes végétaux et poivronnés et tanins durs). Le tout
couplé à un boisé un peu présent au moment des primeurs, rendait ces vins vraiment
difficiles à déguster. Encore une fois, ce n'est que l'avis d'un jeune amateur et la question est
vaste comme tu le précises. @micalement. Stéphane.

patrick essa 22/04/2008 07:57

  Est-ce que la maturité des fruits détermine le degré d'extraction?... Très vaste question qui ne peut guère se résumer à un jugement aussi laconique Stephane.  Les notes vertes/herbacées/ligneueses proviennent très souvent de la combinaison d'une vendange triturée lors de sa rentrée et du simple manque de maturité phénolique.  Peux-tu nous préciser ce que tu entends par "trop d'extraction"?