Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 16:32
….ou presque, et qui chantent à tue-tête le matin pour exprimer leur joie d’habiter à Saint Emilion où le printemps arrive – tant les températures sont douces (et par conséquent  font peur quand on a de la vigne).

Avec le soleil qui rougeoie et la vue sur les collines du Château Troplong Mondot, pas besoin d’aller dans le désert de Namibie pour ressentir autant la beauté de notre petit coin !

 

Hier, dégustation de plus de 20 échantillons du Château Fleur Cardinale 2007 – 2006 en 1er vin, 2ème vin (Bois Cardinal) et même du rare Secret de Cardinal (chut !). Classé ou pas classé, quand on travaille bien, avec sérieux, ça se ressent dans les vins. Nous verrons bien les commentaires au mois d’Avril.

Adrien m’a apporté 500 grammes de poivre du Cameroun, encore un produit de luxe, que nous avons la chance de recevoir de  la part de nos amis qui vivent une partie de l’année leur passion dans ce beau pays d’Afrique, triste d’avoir perdu le match de foot contre l’Egypte . Les « lions indomptables » finissent deuxième de la Coupe d’Afrique des Nations.

 

Je ne résiste pas au plaisir de reprendre le texte de Stéphane Toutoundji, aujourd’ hui associé de Gilles Pauquet qui a été mon 1er œnologue à l’époque de la création de Valandraud :

« Clos Badon 2004, produit par Jean-Luc Thunevin. Un vin de Saint-Emilion comme je les aime ! Fraîcheur, boisé fondu, plénitude. Challenge remporté pour ce millésime encore peu mûr. C’est en dégustant ce vin de qualité que ma mémoire m’a renvoyée au premier millésime de Château Valandraud, c’est à dire le millésime 1992 en fin d’élevage début 1994. Une fois de plus, j’ai été séduit à la fois par la réussite de ce vin et par l’homme qui le produit.

La réussite de ce compatriote me ramène à une réflexion que je voudrais vous faire partager. Ne pensez-vous pas comme moi que certains viticulteurs ont un certain complexe d’infériorité ? Je suis toujours surpris et tristement surpris que certains propriétaires de la région de l’Entre-deux-Mers et de l’appellation Bordeaux en général soient complexés par rapport aux grandes appellations. Et lorsque j’aborde le thème de l’investissement, ils coupent court à la discussion en prétextant un manque de moyens financiers. J’essaie petit à petit de faire rentrer dans les mœurs que les investissements financiers et humains sont indispensables pour être compétitifs sur ce marché. La plupart du temps, les viticulteurs préfèrent faire appel à des chambres d’agriculture, souvent moins chères, que penser à changer d’œnologue ou de méthodes de travail. Résultats : une production standardisée !.... »

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires