Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 11:43

Depuis plusieurs années est organisée en Angleterre une dégustation à l’aveugle de tous les grands Bordeaux.

Y participent quelques uns des plus grands acheteurs anglais (et donc du monde), quelques journalistes anglais, et cette année, à l’occasion du millésime 2003 il y avait entre autres Andrew Jefford, Sebastian Payne, Steven Spurrier et même le courageux Neal Martin.

Je n’y ai jamais participé en tant que dégustateur, mais j’ai toujours eu de l’intérêt à lire leur compte-rendu de dégustation, car à l’évidence ce groupe ne goûte pas trop mal et surtout les vins à défauts (bouchons, TCA) y sont remarquablement décelés.

 Et oui, il s’agit de dégustation à l’aveugle !

Chaque vin est goûté dans le cadre de son appellation, cela peut être perçu comme un avantage offert. En effet, en 2003 il n’était pas difficile d’être tenté de sur-noter les Saint Estèphe et les Pauillac et de sous-noter les Pomerol, ou la catégorie Médoc-Haut Médoc-Moulis . Mais bon, on est dans le style des dégustations de Jacques Luxey et bien sûr (même si je ne suis pas totalement d’accord), les 1ers crus sont goûtés entre eux.

Au bout du compte, on retrouve la vérité des réussites et des échecs.

J’ai regardé attentivement ces notes, et j’ai bien vu que ce que l’on sait déjà est bien confirmé ici. Par exemple la haute tenue de Pape Clément dans les Graves, qu’il serait utile de goûter en même temps que Haut Brion, mieux noté puisque noté avec ses pairs. La belle réussite de Sociando Mallet, de Lascombes à Margaux ( et ce n’est pourtant pas le style « anglais »). Les beaux scores de Ducru Beaucaillou, de Pontet Canet, de Léoville Barton, Las Cases et Poyferré, ainsi que ceux de Pichon Baron et Comtesse. La réussite connue de Cos, Montrose et le beau succès de mon vin noté juste après Ausone et Cheval Blanc (goûtés avec les 1ers). Tous les 1ers ayant été bien notés bien sûr, avec Latour et Ausone devant les autres.

J’ai eu l’idée de regarder sur les sites marchands anglais, surtout sur celui de mes amis (qui me notent rarement bien en primeur) et ces notes y sont affichées.

En tout cas, Valandraud a été plus heureux ici que lors de la dernière dégustation du Grand Jury  Européen concernant les 2001 où mon vin fait du yoyo dans les 3 classements déjà effectués…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

Patrick Essa 20/11/2007 21:33

   De nombreux crus font du yoyo dans ses  classements réguliers. Il semble en somme qu'à trop évaluer on ne fait que mettre en évidence les difficultés à objectiver  une note avec pertinence...Rien de neuf dans le monde de la docimologie! Il est vrai que cette dernière a trait à la pédagogie et qu'elle fonde ses principes sur des faits avérés. Rien n'est moins simple avec le vin. Ne peut-on imaginer simplement qu'une note " porte en elle le reflet des goûts de son "auteur" et que son véritable sens prend effet au moment où vous lui opposez votre point de vue propre.    

Jean Luc Thunevin 20/11/2007 11:00

François, il s'agit tout simplement de ce que faisait le jury de Jacques Luxey, certes il y a plus de 20 ans (le premier livre date de1984)

mauss 18/11/2007 14:45

Comment, effectivement, ne pas fustiger un tel ostracisme et un tel respect, hors de propos, des hiérarchies de 1855 ?

Mais je suis de bonne humeur aujourd'hui, et je ne me lancerai point dans mes diatribes habituelles sur la critique anglo-saxonne !

Jacques Perrin 16/11/2007 21:29

Jean-Luc, merci de préciser où ces résultats peuvent être consultés. Les premiers crus ont donc été dégustés à part, dans l'empyrée qui les caractérise ? Il fallait vraiment des Anglais pour imaginer tel mélange de légalisme et de casuistique : déguster à l'aveugle mais sans mélanger les genres...