Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 15:17

Est ce que vous avez eu  l’idée de regarder les traductions faites en Anglais, Japonais et Chinois de ce blog ? Est-il facile pour mes traducteurs de retranscrire l’émotion ressentie à la lecture des propos de Jérôme Perez et la réponse de Marie Calvet ? Il est dommage  que ceux qui ne parlent pas Français passent à côté de commentaires faits sur des sites tels que Dégustateurs.com, La Passion du Vin, qui sont  très différents (de mon point de vue) de ceux qui sont mis en ligne sur forum Mark Squires, car il s’agit souvent là d’autres choses que de parler vin.

Le dimension poétique, amoureuse, historique par rapport à chaque acquis, inné, et quelques fois excessive, hystérique, de mauvaise foi, est avant tout humaine et très souvent très sentimentale.

Ah ces Français ! toujours romantiques,  malgré la mondialisation, avides d’esthétique, de gourmandise, capables de séduire tant d’Américains, de Chinois, de Japonais qui idéalisent la France. Et comme je le comprends aujourd’hui un peu plus à chaque fois que je fais le tour du monde et que je retrouve mon histoire, les racines que je me suis choisies pour donner un sesn à ma vie.

 

Avec  3 sommeliers du restaurant Martin Berasategui (3 étoiles Michelin) situé en Pays Basque Espagnol, à Lasarte-Oria et venus faire les vendanges chez nous, 2 repas préparés par Murielle avec comme vins :

Rabaja 2000 de Bruno Rocca (Barbaresco Italie) très original, trame ultra soyeuse, serrée

Compassant 2004 carafé depuis plus d’une heure

Valandraud Blanc N° 1 2005

Valandraud 2002 en carafe depuis plus de  2 heures

Et pour finir avec la tarte aux pommes maison, un Pacherenc du Vic Bilh de notre ami Alain Brumont .Le Frimaire (décembre) 1996 aux curieux parfums d’asperge, formidable accord avec la tarte.

 

Le lendemain Clos Badon 2003  et surtout une des bouteilles préférées de Murielle : Flor de Pingus 2003 en l’honneur des sommeliers espagnols, sachant que traitons le mieux possible les sommeliers, qui sont en partie les responsables de notre réussite. Je pense à ceux du début, comme La Tour d’Argent, ou ceux d’aujourd’hui comme au Conrad à Tokyo, etc

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires