Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 13:40

La Passion du vin a sélectionné Les 3 Marie du Domaine Calvet Thunevin comme bouteille de la semaine.

Voici ce qu’en dit Jérôme Pérez :

 

« Combien de vins m’ont réellement marqué jusqu’à présent pour que je puisse m’en rappeler longtemps, en garder le souvenir sinon exact, du moins fidèle à un plaisir plus important qu’à l’accoutumée ? Quels vins déjà dégustés m’ont séduit au point de me donner l’envie d’en goûter encore ou de les faire découvrir ? Combien d’entre eux ont eu assez de relief, de personnalité, au-delà de leur qualité intrinsèque pour figer leur empreinte en moi ?

Il en va des vins comme des êtres finalement. Je suis plus intéressé et de loin par celui qui va susciter la controverse que par celui qui fera l’unanimité, sur lequel finalement, il n’y a pas grand-chose à ajouter.

Et ce vin, s’il ne suscitera pas la controverse sur sa qualité, la suscitera sans doute sur son prix ; il le suscité déjà en moi.

Combien peut valoir un tel vin ? Quel est le prix du bonheur ? Le bonheur a-t-il un prix ? Est-il réservé à quelques uns ? Combien parmi ceux qui vont acquérir ce vin seront capables de l’apprécier à sa juste valeur (juste valeur, on y revient !) ? Combien de fous amoureux de vins totalement passionnés l’estimeraient comme il se doit et ne le goûteront jamais  faute d’avoir les moyens de l’acquérir ou encore par conviction refuseront de payer ce prix pour une bouteille de vin?

D’autres questions se posent à moi : J’ai rencontré Jean Luc Thunevin, j’ai été séduit par l’homme, j’ai été capté par son regard acéré sur toutes choses, sa vivacité, sa capacité à déstabiliser, à sonder pour savoir à qui il avait à faire (affaire !) et j’ai été totalement impressionné par sa connaissance du marché et sa capacité à évaluer le vin, jusque dans son prix. Je lui avais porté quelques bouteilles : Limbardié tradition 2001 et Lo Vielh 2000. Le coquin, s’il les a appréciées, en a donné le prix quasiment exact ! (Il s’est juste trompé sur Rotier 2002, mais qui n’aurait pas été bluffé ?)

Alors je me dis que si ce vin a été propulsé sur le marché à la centaine d’euros, ce n’est sans doute pas par hasard.

Mais quand même …

2500 bouteilles de ce grenache noir dont les ceps ont entre 80 et 100 ans d’une parcelle de 2 hectares de schistes et de calcaire, des rendements ridicules, un élevage de 18 mois en barriques neuves de 300 et 600 litres. Est-ce là la clef du succès ? Ce vin n’est-il beau que parce que des procédés bien spécifiques lui ont été appliqués ? A-t-il été calibré dès avant d’être fait pour entrer dans cette « niche »  à son premier millésime, (celui-ci)? Je n’ose le croire et quand bien même : je m’incline comme je me suis incliné devant la cuvée Charles Dupuy du Mas Amiel ou la cuvée Jean Sirven du domaine Bertrand Bergé. Peu de vins m’ont laissé ce sentiment de plénitude, peu de vins m’ont procuré cette délicate extase gustative. Moi qui aime les vins du sud, j’ai été servi… Et si ma réserve de ce vin est nulle, mes réserves posées initialement demeurent … Mais j’ai aimé, totalement, alors je m’abandonne, je lâche les armes pour un moment et je dis mes paradoxes.

Je voulais en faire un commentaire, j’en ai fait beaucoup de questions, qui finalement résument assez bien le fond des débats sur le forum de « la Passion du Vin » depuis quelques temps ; une discussion récurrente qui semble immuable et sans fin.

Commentaires de dégustation:

Robe très sombre, violine, très dense.

Nez de grenache qui évoque un vintage de Maury : framboise, mûre, cacao et poivre. Belle harmonie olfactive. Un nez qui a de l’épaisseur, de la profondeur.

Bouche de grand volume, sphérique avec un fruit énorme sur une trame à la texture on ne peut plus serrée. Le milieu de bouche explose de suavité, gorgé d’un fruit précis, mêlé d’épices (poivre notamment)
La finale s'étire sur des notes cacaotées et fruitées où pointe une chaleur perceptible, mais qui ne gâche pas l'impression d'une dégustation unique. Des petits tannins très doux relèvent bien cet ensemble sublime et baroque.
Au final un vin hors du commun qui évoque un vintage à la fois non muté et sans le sucre résiduel, mais quand même une quintessence de grenache. Hors norme, énorme, dis-je mais jamais too much. C'est là que réside le tour de force. Sensations fortes ou fortes sensations, c'est selon ! »

Jérôme Pérez


3marie2689.JPG


 

Et que rajouter à la réaction de Marie Calvet ? :

« Monsieur Perez,

J’interviens sur ce forum pour la première fois, touchée par le commentaire que vous avez laissé sur Les Trois Marie (vous l’aurez compris, je suis l’une d’entre elles…).

Je visite régulièrement le site et mon mari et moi-même sommes très attentifs aux critiques et avis des contributeurs que nous pouvons lire sur le forum (nous avons noté pour Constance 2005 ;-)).

En toute modestie, du fond de notre Roussillon, nous faisons notre possible pour essayer d’exprimer au mieux ce que notre terroir a de meilleur. Votre intérêt, vos commentaires sont autant d’encouragements à continuer.

J’ai une tendresse particulière pour Les Trois Marie parce que j’y trouve de l’émotion. Je sais y retrouver chacune des étapes qui nous ont amené à ce vin. Et vous faire partager cette émotion est une grande fierté.

Je tenais donc à vous remercier et à vous réaffirmer que votre reconnaissance et celle des autres passionnés ou amateurs est un moteur essentiel à notre motivation à bien faire.

Sachez également que vous êtes les bienvenus à Maury et que si l’occasion vous est donnée de nous rendre visite, nous vous accueillerons avec grand plaisir. (peut-être pour une dégustation des 2007, très prometteurs)

Cordialement. »

 

Marie Calvet.

Domaine Calvet-Thunevin.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean Luc Thunevin 11/10/2007 10:39

Pour l'instant cette cuvée "Les 3 Marie" est vendue à Saint Emilion à L'Essentiel et chez Grands Vins Français. Sur Bordeaux, elle n'est pas encore présente mais il est possible de  faire la demande à la Maison des Millésimes, avec qui nous entretenons de bonnes relations.

Matthieu DIBON 09/10/2007 17:07

Cher Jean-Luc,Fervent lecteur de toute forme de commentaires sur cette passion qui anime tant de monde qu'est le vin, j'éprouve un plaisir certain à lire votre blog quotidiennement. Les commentaires sur ce "les trois marie" sont tellement allechants que la question naturelle qui suit est : Où peut on se procurer quelques flacons de ce vin afin de se faire une idée ?Merci d'avancesigné : Un Bordelais conservateur aimant la pluralité de ton et de goût