Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 15:48

« Attention à la vieille au fond du puits » : Il s’agit, je crois, d’une expression locale pour inciter les enfants à faire attention de manière à éviter qu’ils ne tombent au fond du puits et se noient.

En Bordelais, il existe plein de ces dictons de bon sens, et hélas, sans doute quelques uns sont un peu idiots : « se noyer dans un verre d’eau » me fait penser à « attention à la surmaturité », combien  d'exemples de vins rouges affectés par cette surmaturité peut-on citer ?

Quand on pense que le défaut de sous maturité nous guette, lui, à chaque millésime… Quand on pense au nombre de professionnels qui ont encore peur de la surmaturité, c’est normal de Michel Rolland passe pour un extra terrestre ! J’ai enfin décidé d’écouter et cette année c’est Jean Philippe Fort ( le collaborateur de Michel Rolland) qui a l’entière responsabilité de la date de nos vendanges (avec Rémi Dalmasso et Christophe Lardière). C’est la raison pour laquelle nous vendangeons aussi tard cette année. Résultat au fond du verre au mois de mars….

 

Dans le Sud Ouest Libourne de samedi 6 octobre, un grand article dans le cahier local avec ce titre « Un bâtisseur insatiable », en voici quelques extraits :

« Le nom de Jean Luc Thunevin est un de ceux qui reviennent le plus fréquemment ces dernières années dans les conversations liées au vin. En Libournais, bien sûr, où la réussite de celui à qui l’on attribue la création des « vins de garage », mais aussi bien au-delà. Dans tout le Bordelais comme dans le Roussillon où sa venue, avec d’autres est prise comme un encouragement par les plus motivés des vignerons du cru. »….

....« Le garagiste des débuts, devenu référence pour beaucoup et sujet de critique pour quelques autres, est donc bel et bien un bâtisseur qui a d’emblée compris que le vin «  est un métier de performance, pas de gentil » ».

Cela fait plaisir d’être un peu reconnu ici. Les médias locaux ayant été un peu discrets il y a  quelques années…Il ne faut jamais désespérer.

Samedi midi, repas de travail avec l’un de nos amis les plus fidèles, et qui a une grosse part de responsabilité dans notre succès : Michel Rolland. Nous avons parlé travail, vinification, évolution, et nous avons gentiment bu un peu du très bon Ruinart Blanc de Blanc, la Cuvée du Papet 2005 du Mont Olivet en Chateauneuf du Pape (raisins murs et soleil, toujours une gourmandise) et Valandraud 2005.

Chaque fois que nous voyons Michel Rolland, nous sommes comme régénérés par ses passions et ses envies de vivre avec plaisir son métier dans le vin. Ce n’est pas pour rien qu’il est le consultant le plus recherché au monde aujourd’hui.

Le soir, avec le couple Mauss, et les Droulers accompagnés de leur fille, nous avons bu : La Bernardine 1972 de Chapoutier en Chateauneuf du Pape, incroyablement bon, Blanc de Valandraud  N° 1 2005 , Valandraud 1999, Hugo 2004 et Maury 2004. Et hélas 2 bouteilles bouchonnées : Palazzi 1999 et Oratoire 1971 en magnum. Michel Bettane, de manière provocatrice, lors d’une dégustation où il y avait trop de belles bouteilles gâchées par ces goûts de bouchon, avait demandé le rétablissement de peine de mort (commerciale) pour les bouchonniers. Heureusement que dans ce domaine aussi des progrès sont faits et nous aurons de moins en moins de problèmes, enfin c’est ce que j’espère.

Pendant ce temps-là, vendanges à tout va.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dans les vignes
commenter cet article

commentaires