Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 18:00

Je viens de déguster les échantillons de Puy Arnaud Maurèze et Coucy 2005. Les vins sont vraiment étonnants, gras, riches, suaves, presque bons à boire de suite, ce millésime a vraiment de quoi plaire. A nos clients, cette année, de penser à aller vers ce genre de productions pas trop connues et pas trop chères.

 

 

Le Grand Jury Européen a remis sa copie pour sa dernière dégustation des Bordeaux 2002 et voici le palmarès des 20 premiers :

  1. Beau-Séjour Bécot
  2. Pavie Decesse
  3. La Mondotte
  4. Pape Clément

     

  5. Mouton Rothschild

     

  6. Ausone
  7. Haut-Condissas
  8. Latour
  9. La Gomerie
  10. Pavie
  11. Magrez Fombrauge
  12. Reignac
  13. Branas Grand Poujeaux
  14. Castello Luigi
  15. La Croix du Prieuré
  16. Cos D’Estournel
  17. Cheval Blanc
  18. Valandraud
  19. Bellevue Mondotte
  20. Léoville Las Cases

 

 

Beaucoup sont des vins réalisés par Michel Rolland, les fans de « Mondovino » doivent penser que ce n’est pas normal qu’un jury Européen mette en avant ce style de vin, vous savez : bons, mais tellement facile à reproduire partout.

Mais en tout cas, je ne suis pas assez bon : 18ème sur 160.

Sûrement plus utile pour moi le classement des 4 derniers millésimes 1998/2000/2001/2002 confondus dont je sors 7ème. Si le 99 avait été rajouté, je pense que pourrais être dans les 5 premiers.

A quoi sert ce type de classement ? Pour 80 % des clients , il n’y a que Parker qui compte, mais pour les propriétaires, cela porte à réfléchir, si, bien sûr, on accorde un intérêt à ce genre de dégustation. Pour le millésime 2001, j’étais très mal arrivé et j’ai goûté les 1ers du classement, que j’ai effectivement trouvé très bons… Alors, bien sûr il ne s’agit  toujours que d’une dégustation, mais une notoriété, une fiabilité, ça se travaille tous les jours : on peut  prendre l’exemple  de Haut-Condissas ou  de Reignac qui finissent à force par susciter la curiosité ou de  Perse et Magrez qui sont toujours là, ce qui prouve la force de leur détermination.

Partager cet article

Repost0

commentaires

mauss 09/12/2005 06:28

A Monsieur Olivier M

J'aime les sourires doux, ceux des connaisseurs à qui on ne la fait pas. Ceux des initiés qui savent- quel exploit ! - que dans 10 ou 20 ans, Ausone et LLC seront des monuments : merci de partager cette science avec les autres. Ceux pour qui dire que Reignac ne tiendra pas la distance leur donne un petit frisson d'interdit.
Mais personne n'a jamais dit que Reignac voulait être un chef d'oeuvre dans 20 ans ! Il y a toutes les chances que ceux qui achètent Reignac aujourd'hui auront fini de le boire dans 2 ou 3 ans. Si ce vin correspond à leur goût : pourquoi pas ?
Et quand le GJE déguste des vieux millésimes, des 82, 85, 90 : vous souriez toujours quand vous voyez qu'un sociando se hisse au niveau des premiers ?
Ce dédain qui touche à la fois des producteurs et des consommateurs est stupéfiant, tant il imprègne tout un monde de soit-disants "connaisseurs".

Je ne savais pas qu'on avait une ENA du vin. Nous avons là un major.

Olivier M. 29/11/2005 10:58

Voir Reignac à la douzième place me fait doucement sourire...

Evidemment, produire des bêtes à concours permet d'être présent dans ce type de classement où l'on déguste des vins dans leur jeunesse.

Avis aux amateurs, je vous propose de redéguster ces 20 bouteilles dans cinq ans, pas plus...et je mets ma main au feu que certains vins seront totalement desséchés et sans matières (je ne mets pas dans le même panier les ausone, cheval, cos ou léoville issus de terroirs incroyable).