Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 16:43

Virginie Thunevin a prêté son prénom pour nous permettre de baptiser le second vin du Château Valandraud en 1992- et  qui avait lors de sa création toutes les caractéristiques d’un véritable second vin : issu des terroirs achetés ou loués alors, produisant un vin élaboré à base des raisins des jeunes vignes, des lots écartés du 1er vin, des saignées et des presses, puis élevé  dans nos chais dans de très bonnes barriques neuves de la Maison Seguin Moreau, par la même équipe , et mis en bouteille par nous.

Ce second vin produit alors plaisait beaucoup grâce bien sûr à son nom, sa présentation luxueuse et paradoxalement son goût très éloigné de celui de château Valandraud, beaucoup plus puissant. Ce Virginie de Valandraud était très élégant, peu tannique, et j’en parlais à l’époque comme d’une interprétation bourguignonne d’un vrai Bordeaux. Le vin était devenu une icône, justement grâce à sa légèreté et son goût, dans ce pays toujours très fan de Valandraud : le Japon.

Les prix obtenus par mon entreprise et les négociants bordelais, et en boutique ( à l’époque plus de 100 F la bouteille) m’avait incité à transformer, à faire évoluer ce Virginie de Valandraud en un cru à la qualité digne d’un 1er vin, à l’instar des très célèbres Clos du Marquis ou Forts de Latour.

Donc, dès 1997 Virginie de Valandraud devient un vin puissant, avec une même capacité de vieillissement que celle revendiquée par les grands Bordeaux.

Cela signifie que, tout comme pour Château Valandraud, il s’agit pour nous de faire le meilleur vin possible ; et comme le vignoble n’a cessé de s’agrandir, les volumes produits issus de nos vignes en pleine propriété ou en fermage, permettent à ces Virginie d’être de plus en plus qualitatifs  et sont d’ailleurs récompensés  par de bonnes notes et commentaires de journaux, medias  et critiques, tels que Le Figaro ou plus récemment Neal Martin de Vinous au sujet du 2016 : «the second wine, Virginie de Valandraud, could challenge many of the more expensive Grand Crus of the appellation. », suite à des dégustations à l’aveugle réalisées à Londres en compagnie d’autres critiques et de professionnels du vin.

Partager cet article
Repost0

commentaires