Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 15:32

2016 : jusqu’où va-t-on encore aller ?

On ne compte plus les annonces vantant encore et encore le nouveau millésime du siècle.  Sommes-nous devenu des idiots, des marchands de pub, de réclame à l’ancienne qui, pour autant nous engage à dire « millésime du siècle » pour le 2000, le 2005, le 2009, puis le 2010 encore cet incroyable 2015 et enfin ce 2016. Pas moins de 6 "millésimes du siècle ", dont le dernier, 2016 n’est pas et ne sera pas le moindre, et c’est là le paradoxe.

Je pense, qu’à chaque fois, il y avait bien sûr une part d’exagération et une part de vérité due au plaisir de goûter si bien ces millésimes successifs mais, je me dois de dire aujourd’hui que, et n'ayant goûté que 3 vins : Fleur Cardinale, La Marzelle et Le Moulin, en effet il y a de quoi encore annoncer un « millésime du siècle », tant il y a d’onctuosité, de plénitude, de maturité et de fraîcheur, de sensation d’acidulé, si rare dans un millésime mûr, qu’il me semble que nous sommes bien partis pour avoir la symbiose d’un 2009-2010-2015. Rien que ça, me direz vous …

Et bien, comme dans les meilleures fables de Lafontaine : goûtez maintenant ! Dès le 28 mars pour les critiques internationaux et le 3 avril pour les clients, importateurs et collègues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Primeur Dégustation
commenter cet article

commentaires

mauss 13/03/2017 17:50

Disons franchement que l'utilisation du mot "siècle" alors même qu'on le commence, c'est quasi une insulte pour les années à venir. On est clairement dans l'hyperbole et, effet négatif de ce type de mention, bien des amateurs vont mettre le signe = entre 2016 et Prix (qui serait justifié par cette mention "siècle".
De la part de Bordeaux, ce serait nettement mieux de préciser les caractéristiques fondamentales du vin : sa capacité à plaire dans les jeunes années, avec un coefficient de 1 à 5; sa capacité à tenir deux ou trois décennies, là aussi avec un coefficient 1 à 5; son harmonie entre fruité, finesse, fraîcheur et harmonie; etc…
D'une part, ce serait déjà bien plus intéressant que de nous bassiner du siècle en veux tu, en voilà; et surtout cela donnerait des indications plus valables pour justifier des achats à encaver.
Et comme ailleurs aussi, on a du tout grand, style Bourgogne ou Rhône, va falloir qu'on joue tous au loto !