Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 15:51

Tous les voyages de promotion sont différents. L’idée d’aller à Shanghai m’avait été donnée par une collègue chinoise de Saint Emilion sur une idée de départ plutôt bonne : un salon pour les acheteurs de yachts et les monde des riches qui va avec… Comme j’ai toujours du vin à vendre, bon allez, pourquoi pas…

1ère surprise, le salon est vraiment étendu et nos stands de présentation des vins réunis autour d’un plan d’eau avec un gros parasol pour nous protéger du soleil ou de la pluie, avec heureusement un petit réfrigérateur et des glaçons, ça pouvait aller mais le salon était tellement, à ce que l’on nous a dit, réservé aux VIP qu’il n’y avait pas un chat, ni un rat, personne ! Les explications avancées : la bourse chinoise qui va très mal et les millions qui partent en fumée, et ça c’est vrai.

Heureusement, il y avait quelques collègues, de ceux qui bossent et se remuent comme Penfolds, Mondavi, les vins de Magrez, Domaine de Chevalier, Guiraud, pour nous tenir compagnie et échanger. Dur, dur. J’ai eu droit à une petite dégustation privée pour quelques 20 VIP, dans une tente couverte et climatisée avec en effet 3 ou 4 vrai s amateurs de vin. Ouf, c’était le 2ème jour. Le soir, repas avec un de nos amis, client chinois dans un petit restaurant improbable à la cuisine raffinée et j’apprends que le typhon « Chan Hom », l’un des plus gros jamais vu depuis des lustres, avec des vents à plus de 170 km/heure était en train d’arriver sur la côte et que, déjà, le gouvernement a fait déplacer un million de personnes et bien sûr a interdit les évènements de toute sorte en extérieur, aéroports fermés etc…

Heureusement que j’ai pu, grâce à l’aide de Qing et du concierge de l’hôtel Intercontinental avoir un billet pour partir à 7 h 30 avec la Thai pour Bangkok. Tout se passe bien mais à peine arrivé à mon hôtel, qui a gagné pour le coup un client pour 3 nuits supplémentaires, me voilà cloué dans ma chambre avec une tourista d’enfer, quand ça veut pas…. ça veut pas ! Car, malgré tous mes voyages, il est rare que je chope quelque chose.

Bilan :3 kg en moins…Heureusement il y avait notre bon client à Shanghai - qui lui aussi me propose d’être actionnaire de mon entreprise, on ne sait jamais - et les 2 contacts de probables bons clients en Thailande, contacts réalisés le 4ème jour, avec pour l’un un repas dans un bon restaurant chinois : Dom Pérignon rosé, Ducru B eaucaillou 1985 en magnum, fort bon, Gruaud Larose 1990 et à l’aveugle, 2 vins que je n’ai pas reconnu mais que, heureusement, j’avais trouvés très très bons : Valandraud 1995 l’une des meilleurs bouteilles bue à ce jour pour moi, le vin étant dans la cave du client depuis son achat en primeur, et un Valandraud 1994 fort bon lui aussi, suivi de Valandraud 2011 et 2010 et d’un Troplong Mondot 1989.

Et avant de reprendre l’avion le soir, on recommence, quand je vous dis que ce n’est pas un métier facile !

Petite réflexion en passant, les critiques concernant l’improbable possibilité pour Valandraud de passer le cap des 10 ans de vieillissement harmonieux, et bien ces critiques, je ne les entends plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires

Vincent de Beler 16/07/2015 19:03

Très heureux d'avoir pu faire votre connaissance et de déguster vos cuvées au salon de Shanghai. J'espère à une prochaine fois!

mauss 15/07/2015 21:09

De tels investissements, physiques, financiers et psychologiques sont-ils inférieurs à la marge à payer (lorsqu'on passe par lui) au négoce lequel, lui, est équipé plus professionnellement pour la reconnaissance et la vente urbi et orbi ?
Tu vas me dire que ce n'est pas facile d'être dans les petits papiers d'un Lawton, d'un PAC, d'un Moueix. Certes, certes… mais, quoique …

thunevin 16/07/2015 08:01

oui,quand il s'agit de vins sur la place,mais que fait on des autres,du roussillon,et tu oublie que je suis aussi négociant,petit,,mais depuis 1988,bien avant valandraud,