Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 08:47

Marc me pose la question suivante : « que pensez-vous de l’absence de Robert Parker cette année pour les primeurs ? Quel est le ressenti du négoce ? »

L’absence un jour de Robert Parker était depuis longtemps déjà un sujet de conversation à Bordeaux, chez les propriétaires, les négociants, les autres journalistes critiques, les amateurs de vin et tous ceux intéressés par le microcosme du vin de Bordeaux. Souvent d’ailleurs avec un peu, beaucoup de jalousie, de bêtise, le retrait de Robert Parker était commenté, voire désiré, comme si Bordeaux ne devait pas élever une statue à cet amoureux des vins français et bien sûr particulièrement de ceux de Châteauneuf du Pape, du Rhône et de Bordeaux !

Pour ma part, je trouve dommage que Parker soit né en 1947 et moi en 1951, j’aimerai bien que nous ayons 20 ans de moins, je l’accepterai car je crois encore aux miracles

Le premier réflexe, en tout cas pour moi, c’est de dire que ce n’est pas pour rien que Parker a créé le Wine Advocate et qu’il a fédéré dans cette revue une somme de talents et compétence pour faire le travail (et prendre le relais). Ensuite, il ne vient pas aux primeurs cette année, contraint par son état de santé, si jamais la forme revenait, je suis sûr que lui aussi, reviendrait avec plaisir, gourmandise.

Gourmandise, qu’il me semble toujours avoir puisqu’il annonce en même temps que le transfert de la notation des primeurs 2014 à Neal Martin, que lui se fera le plaisir de renoter les 2012 et les 2005 avec déjà un scoop « sans doute que je les ai pas assez aimé en primeurs » (il est capable de changer d’avis).

Donc, le Wine Advocate continue et son rôle sera encore (c’est mon avis) un leader des notations pour 2014, ce qui n’empêche pas d’ailleurs d’autres talents des revues concurrentes de vouloir prendre des « parts de marché ».

Le négoce, comme la propriété, doivent simplement retrouver le rôle qui était le leur avant, celui de trouver les bons vins au bon prix pour les bons clients. Rien de nouveau n’est -ce pas ? Parker n’a pas fait qu’être plus crédible, plus facile à lire, à comprendre, il a aussi fait gagner beaucoup de temps. Rien que pour citer ceux que je connais bien, les vins dont je suis propriétaire : Valandraud ou Bad Boy !

La campagne primeurs commence d’ailleurs pour nous, il y a déjà des visites de négociants, de courtiers, d’importateurs intéressés par ce millésime 2014 qui est attendu et qui sera plus complexe à appréhender que je ne le pensais, car il ne s’agit pas d’un millésime facile, à côté de réussites fantastiques, il y a des vins moyens et même quelques ratés. Il s’agit là justement d’un millésime où les critiques et les professionnels ont leur utilité pour déchiffrer le travail et séparer le bon grain de l’ivraie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin
commenter cet article

commentaires